<.tel> – une extension – application

Depuis le 3 décembre 2008, une nouvelle extension est disponible à l’enregistrement: le <.tel>. L’extension <.tel> n’est pas réservée aux prestataires de services de téléphonie ni aux fournisseurs d’accès à Internet. Cette extension est spécialement dédiée aux données téléphoniques des personnes (coordonnées personnelles et coordonnées professionnelles). Elle permet de les diffuser et de les actualiser auprès de ses contacts.

I. Finalité du <.tel>

Plusieurs types d’informations sont contenues dans les extensions <.tel>, et notamment:

– les coordonnées téléphoniques et postales: adresses, téléphones, fax, emails, messagerie instantanée;

– les coordonnées Internet: pages personnelles, pages des réseaux sociaux tels que Facebook, MySpace…;

– les coordonnées de géolocalisation: plans d’accès et itinéraires.

Comme beaucoup de logiciels actuels, le nom de domaine en <.tel> permet la gestion des droits d’accès aux coordonnées. Ainsi, le titulaire d’un nom de domaine peut paramétrer les informations accessibles par interlocuteur ou par famille d’interlocuteurs. De même, cette extension permettrait de gérer les outils de communication mobiles (BlackBerry, smartphones, voIP…) dans un environnement « one to many ».

II. Conditions et étapes des réservations

La période de Sunrise a débutée le 3 décembre 2008. Elle s’achèvera le 2 février 2009. Durant cette période, le demandeur d’un nom de domaine doit être titulaire d’une marque (verbale ou figurative) demandée avant le 30 mai 2008 et enregistrée avant 30 décembre 2008. Les titulaires des droits de marque antérieure bénéficient donc d’une période de préférence, sous réserve de prendre l’initiative de la réservation.

La réservation d’un nom de domaine dans cette extension est donc dans la dépendance des droits de marques, lesquels présentent un caractère prédominant.

Les conditions de dépôt et d’enregistrement sont cumulatives. Ainsi, les titulaires d’une marque récente peuvent être facilement écartés du bénéfice de cette extension, au profit des titulaires de marques plus anciennes. En effet, dans le cadre de l’examen d’une demande de marque française, une opposition peut être déposée par tout tiers intéressé. La procédure d’opposition est ouverte dès la publication de la demande, quelques semaines après le dépôt, durant 2 mois, et peut être suspendue durant 6 mois. Faites le calcul: la période de sunrise prévue ne permet pas à tous les demandeurs de marques antérieures au 30 mai 2008 de réserver leur extension en <.tel> durant la période Sunrise: ils devront attendre la période dite de « Landrush ».

De même, la durée de la période de Sunrise exclut de facto les demandes récentes de marques communautaires, dont l’enregistrement intervient 12 à 18 mois après le dépôt.

La procédure de réservation du <.tel> prévoit une période de contestation de 10 jours, durant lesquelles un tiers pourra contester l’enregistrement d’un nom de domaine en <.tel>. Une période si courte apparaît préjudiciable aux PME / PMI: rares sont les PME-PMI pouvant opter pour des choix stratégiques d’une telle nature en seulement 10 jours.

Nous pouvons redouter que la spécialisation de l’extension en <.tel> ne favorise les actes de cybersquatting et d’actes de concurrence déloyale (réservations dans le seul but de priver un titulaire légitime de l’usage du nom de domaine).

A l’issue de la période « Sunrise » s’ouvrira une période de « Landrush », durant laquelle la réservation du nom de domaine sera effectuée sans condition.

Enfin, la réservation d’un nom de domaine en <.tel> se fera sur une période minimale de 3 ans, en période de « Sunrise » comme en période de « Landrush ». Lors de l’ouverture générale, la période minimale de réservation sera réduite à un an.

III. Utilité du <.tel> ?

L’utilité d’un nom de domaine en <.tel> reste encore à démontrer. Certes, les extensions en <.tel> pourraient accroître le référencement de certaines données par les moteurs de recherche; toutefois, cette affirmation de principe reste encore à démontrer. En outre, de nombreuses applications logicielles permettent aujourd’hui de diffuser et de partager les coordonnées téléphoniques de l’entreprise, même si elles ne sont pas centralisées (voir la question de Grégory Maubon: Où est passé mon carnet d’adresses). En dernier lieu, les sociétés présentes sur l’Internet disposent généralement de pages « contact » permettant d’entrer en relation avec elles.

Etait-il nécessaire de créer une nouvelle extension pour diffuser les coordonnées des personnes ? Le <.tel> sera-t-il un top ou un flop ?

Sources: Indom et Domainsinfo.fr